Challenge AZ

A comme… ARDÜSER : le point de départ

Mon Challenge AZ 2021 : sur la piste des pâtissiers grisons en Belgique et ailleurs…

Johann ARDÜSER est « mon » pâtissier grison, le mien, mon sosa n°60 qui m’a amenée à m’intéresser à tous les autres.

Originaire de Fideris, dans la vallée du Prättigau, en Suisse, il s’établit à Bruxelles au milieu du XIXe siècle pour y exercer le métier de pâtissier-confiseur.

Au fil de mes recherches, je ne tarde pas à découvrir qu’il est entouré d’autres pâtissiers originaires de la même région que lui, c’est-à-dire des Grisons, et je réalise que sa venue en Belgique, loin d’être une décision isolée, s’inscrit dans un véritable phénomène migratoire.

Il y a deux ans, lors de mon tout premier Challenge AZ, j’avais déjà consacré ma lettre A à cet ancêtre venu des Alpes. J’en avais profité pour retracer tout ce que je savais alors de son parcours, c’est-à-dire tout ce que j’avais pu apprendre en explorant les registres d’état civil et les documents disponibles sur Google Books :

  • Un premier mariage à Bruxelles en 1867 ;
  • Le décès de sa première épouse à Ixelles* en 1874 ;
  • Son second mariage avec mon aïeule Marie Virginie LAUWERS en 1875 ;
  • L’ouverture de sa propre pâtisserie à Bruxelles, rue des éperonniers, la même année ;
  • La naissance de ses quatre fils : Antoine Charles (1875), Hubert (1876), mon aagp Henri (1877) et Jean Alexandre (1884) ;
  • Le décès de Marie Virginie à Saint-Josse-ten-Noode* en 1894 ;
  • Son décès, à Saint-Josse aussi, en 1904.

*Ces communes font partie de l’agglomération bruxelloise

Suite à ce premier article, j’avais pu établir, grâce à un très généreux coup de pouce généalogique, qu’il avait un frère parti pour les États-Unis en 1866, Josias/Joseph :

Journal « Coggon Monitor » du 14 août 1913

J’avais également pu découvrir les noms de ses grands-parents :

Par la suite, en explorant la presse numérisée sur Belgicapress, j’avais aussi appris qu’il avait malheureusement fait faillite en 1879, soit quatre ans seulement après l’ouverture de sa pâtisserie.

Ça faisait déjà pas mal d’informations. Et pourtant…

Il y a quelques mois, je me suis lancée dans la rédaction d’une synthèse de toutes les données que j’avais pu rassembler dans l’idée de les partager avec ma famille, et là, je me suis rendu compte qu’il me manquait une donnée capitale pour bien comprendre le parcours de cet aïeul :

À quelle date était-il arrivé en Belgique ?

Cette simple question allait entraîner toute une cascade de découvertes dont je vous parlerai tout au long de ce challenge…

Image d’en-tête : Vue de la vallée du Prättigau près de Küblis ; par Adrian Michael, travail personnel, CC BY-SA 3.0

8 réflexions au sujet de “A comme… ARDÜSER : le point de départ”

    1. Bonjour, je me suis passionnée moi-même pour ces pâtissiers tout au long de l’année, et j’ai appris des tas de choses à leur sujet. Il était normal que je leur consacre ce challenge. J’espère qu’il vous intéressera.

      Aimé par 1 personne

Pour laisser une trace, c'est par ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s